L’Histoire de la Méhari

L’histoire de la Mehari

La Méhari est une voiture pour les loisirs, le plein-air et les balades en famille. En rabattant la banquette arrière (optionnelle), elle se transforme en une deux-places pour un usage utilitaire.

La Citroën Méhari est basée sur le châssis plate-forme de la Dyane et est équipée du moteur Citroën de 602 cm3 de l’Ami 6. Les pièces composant la voiture, à part la carrosserie et la bâche, proviennent pour l’essentiel d’autres modèles de la marque : moteur, boîte de vitesses et train avant d’Ami 6, volant de 2 CV, roues, phares, essuie-glaces, frein à main de Dyane, feux arrière de fourgon Type H. La suspension est à ressorts latéraux sous caisse, bras et batteurs à inertie dans les premières années, puis avec amortisseurs latéraux.

La carrosserie en ABS (Acrylonitrile butadiène styrène) emboutie à chaud et teintée dans la masse, peut reprendre sa forme initiale après un léger choc. Elle est soutenue par deux cadres métalliques en treillis tubulaires boulonnés à la plate-forme, un pour la partie avant et un second pour la partie arrière.

Le lancement de la Méhari le 11 mai 1968 en grande pompe sur le golf de Deauville passa inaperçu en raison des événements de Mai 68. La première année de fabrication (1968), la voiture sera assemblée en petite série par la Société d’études et d’applications du plastique (SEAP) à Bezons (Val-d’Oise), les pièces mécaniques provenant des différentes usines du groupe ; puis avec l’augmentation des commandes, la Méhari sera principalement construite en Belgique, mais aussi en Espagne et au Portugal.

La Méhari a souvent été vue avec un hard-top en plastique conçu et commercialisé par la société ENAC. Celle-ci proposait aussi une option capote repliable et un pick-up.

La première série 1968-1969 ne sera fabriquée qu’une seule année. En effet, pour les modèles 1970, la carrosserie est légèrement modifiée. Les clignoteurs arrière latéraux type 2 CV sont supprimés et remplacés par des feux Type H reportés sur la face arrière.

Pour 1979, un combiné à deux cadrans issus de la Citroën LN prend place sur la planche de bord et la puissance du moteur passe de 26 Ch à 29 Ch grâce à un carburateur double-corps. En 1979 apparaît la Méhari 4×4 qui, à l’origine, est produite pour l’armée, laquelle va d’ailleurs en acquérir une centaine d’exemplaires au départ.

Pour 1986, la gamme incorpore la Méhari Azur à la carrosserie blanche et bleue.

La production de Méhari est arrêtée en 1987.

3

administrator

fadapijrgpeozadad

Commentaires (Pas de commentaire)

Commentaires (0):

Envoyer votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *